Isabelle DELABARRE

Citation : "Pour ancrer un changement de manière durable, il faut l’associer à des émotions positives et sensorielles. Si vous souhaitez vous engager, posez-vous la question : ‘qu’est-ce que j’aime faire ?’ "
isabelledelabarre_isabelle-zd.jpg
Mot clé : Zéro Déchet
Peux-tu nous parler un peu de ton parcours professionnel et de ton engagement ? : J’ai suivi des études d'interprète et de commerce international. Après avoir travaillé en tant que formatrice et communicante au sein d’une grande entreprise, j’ai réalisé un tournant professionnel pour faire de la transition écologique mon métier. Il y a trois ans, j’ai créé la microentreprise ZD Créations pour sensibiliser et former au “fait-maison” et à la démarche zéro-déchet. Aujourd’hui, j’anime des ateliers pour apprendre à formuler et fabriquer ses cosmétiques, ses produits ménagers ou pour redonner une vie à de vieux objets (upcycling).
Quelle est ta vision d'un monde meilleur ? : Un monde plus centré sur l’être et non sur l’avoir. Être axé sur “l’être” permet plein d’actions vertueuses qui mèneront à un monde meilleur.
Pourquoi agir dans la transition écologique et sociale ? : Cela faisait déjà quelques années que je ne me sentais pas à ma place dans les grandes entreprises de la Défense. Jusqu'à mes vingt ans, j’ai toujours grandi dans un monde proche de la nature : mes parents étaient artisans-fromagers, on avait des chèvres et on vivait à la campagne. Sans le savoir, on faisait déjà de l’économie circulaire : on utilisait tout ce qui existait autour de nous et rien ne se perdait. Pour autant, je n'ai pas repris ce mode de vie au début de ma vie active car je n’avais pas conscience des enjeux écologiques ni du besoin d’agir. C’est lorsque j’ai eu un enfant, plus tard, que j’ai remis en cause ma façon de consommer et de me soigner. De plus en plus, l’écart entre ma vie professionnelle et mes valeurs était important. J’ai rejoint TeL en 2014 ce qui m’a fait du bien moralement car j’avais besoin d’agir, j’ai fait quelques ateliers avec TeL dans des centres sociaux et j’ai adoré donc je me suis lancée et j’ai créé ZD Créations.
Concrètement, en quoi consistent tes missions ? : De manière générale, j’anime des ateliers pour “faire soi-même”. Avant de programmer des ateliers, je dois écouter les besoins de mes clients : je dois réfléchir à un format approprié selon le lieu où j’interviens et le public auprès duquel j’interviens. Une fois que j’ai pensé au format, je dois acheter les fournitures nécessaires pour animer l’atelier. Cela prend du temps car je réfléchis beaucoup aux ingrédients, comment ils sont produits, à qui je les achète pour que ce soit très sécuritaire pour mes clients et éthique. Il y a ensuite la gestion de l'événement en lui-même : faire la com’ en amont, installer, animer, nettoyer et ranger. Après l’évènement, j’effectue un suivi auprès des clients : je leur envoie un mail avec le guide d’achat des produits et des conseils pour réaliser à nouveau les recettes etc.

A côté de la préparation d’ateliers, je réalise un travail de recherche que j’adore : je teste des nouvelles recettes et des nouveaux produits pour trouver quelque chose de différent voir de plus efficace, de plus simple à proposer à mes clients.
Peux-tu nous raconter un bon souvenir lors d'un moment d'engagement ? : Difficile car il y en a beaucoup ! Tout d’abord, je me réjouis d’entendre un-e ancien-ne participant-e me dire qu’il/elle a refait la recette apprise en atelier ou l’a partagé à quelqu’un d’autre. Ça me motive beaucoup à continuer. J’ai un très bon souvenir d’une intervention à l’espace jeunesse de l’Oly (Montgeron) où j’ai réussi à sensibiliser des adolescentes, qui sont pour l’instant le public le plus difficile à atteindre. J’ai animé un atelier pour faire du gloss et leur retour a été hyper positif : les jeunes filles ont découvert de quoi était composé leur gloss et étaient réellement choquées. Elles ont ensuite été ravies de voir que l’on pouvait en faire soi-même avec plein de teintes naturelles possibles. Après l’atelier, plusieurs d’entre elles m’ont dit qu’elles allaient en parler à leurs amies et refaire la recette. Lorsque j’ai entendu ça, je me suis dit que j’avais bien fait de faire ce métier et que sur cette intervention, j’avais été utile.
As-tu des projets que tu souhaites développer à l'avenir ? : J’ai commencé à organiser des ateliers balades cueillette-recette et j’ai envie de les développer pour sensibiliser et informer les personnes sur les ingrédients qu’offre mère-nature. L’objectif est de faire découvrir les produits naturels et gratuits présents autour de nous pour faire des recettes cosmétiques, alimentaires ou médicinales. J’ai grandi avec ces belles recettes de grand-mère mais je suis des formations de botanique pour mieux connaître les plantes et transmettre de nouvelles recettes pour remplacer les ingrédients venant de l’autre bout du monde par des ingrédients locaux - voir gratuits.
Que dirais-tu à quelqu'un qui souhaite s'engager mais qui ne sait pas comment s'y prendre ? : Je lui demanderai ce qu’il prend plaisir à faire et de prendre l’envie et le plaisir comme leviers d’action : “dans quelle action tu te verrais et qui te ferait plaisir ?”, “pense à une action qui te ferait vraiment plaisir”. Selon moi, pour ancrer un changement de manière durable, il faut l’associer à des émotions positives et sensorielles.