Ceci est une version archivée de CedricNaudet à 2021-12-14 10:53:30

Cédric NAUDET

Citation : "Toutes les associations sont en recherche de militant-es et de bénévoles pour poursuivre leurs actions : les personnes qui ont envie d’agir seront toujours les bienvenu-es."
Mot clé : Militantisme - Monnaie
Peux-tu nous parler un peu de ton parcours professionnel et de ton engagement ? : Je suis enseignant d’histoire et géographie au lycée. Je suis également chercheur en didactique de la géographie et vacataire à l’université de Paris. J’ai rejoint l’association Attac Val d’Orge il y a quelques années. Durant le confinement, l’urgence climatique et démocratique m’a décidé à fonder un groupe local des Amis de la Terre en Essonne pour toucher encore davantage le grand public.
Quelle est ta vision d'un monde meilleur ? : Un monde juste sur le plan fiscal, social et écologique. Pour moi, si on appliquait toutes les mesures du Plan de Rupture porté par Plus jamais ça, on serait dans un monde meilleur.
Pourquoi agir dans la transition écologique et sociale ? : Mon engagement est le fruit d’un cheminement personnel qui a évolué et évolue toujours au fil de lectures, de films et de discussions. Pour donner quelques exemples, le livre Comment tout peut s’effondrer (Pablo Servigne et Raphaël Stevens) et le film Cowspiracy m’ont particulièrement marqué et incité à agir. En tant que professeur d’histoire et géographie, je dois aussi me renseigner sur ce qui se passe dans le monde et je fais constamment face aux inégalités et injustices sociales. La prise de conscience sur les inégalités sociales et l’urgence écologique a éveillé en moi une envie de révolte et de changement, notamment pour nos enfants qui naissent dans ce monde et vont payer les conséquences sans être responsables.
Concrètement, en quoi consistent tes missions ? : Au sein d’Attac, je participe à des événements d’éducation populaire pour sensibiliser le grand public aux questions environnementales et sociales. Prochainement, on organise une Fresque du Climat et une soirée sur la monnaie. Avec les Amis de la Terre, on lance une grande campagne autour de la résilience alimentaire donc on a organisé des tables rondes et on compte proposer un festival de la résilience alimentaire d’ici quelques mois. En tant que professeur, j’essaie de faire prendre conscience à mes élèves de l’urgence climatique et sociale en prenant des choses qui les touchent au quotidien ou des sujets d’actualité telle que la Coupe du Monde au Qatar qui pose la question de l'accaparement des ressources.
Peux-tu nous raconter un bon souvenir lors d'un moment d'engagement ? : Chaque action est l’occasion de faire de belles rencontres et d’avoir de bons échanges. C’est également très satisfaisant de voir qu’on a servi à quelque chose : j’ai participé à l’organisation du Camp Climat Essonne par exemple et j’étais très content de voir du monde qui n’était pas engagé qui s’est engagé par la suite. C’est difficile d’obtenir de grandes victoires mais je crois à la théorie du colibris qui fait à son échelle et qui provoque le changement chez les autres.
As-tu des projets que tu souhaites développer à l'avenir ? : Je voulais monter une accorderie au niveau local mais je réalise de plus en plus que l’Attribut mène déjà beaucoup d'actions et fonctionne très bien ; ils ont des salariés, un local et beaucoup d’expertise. Je me suis donc dit que c’était inutile de recréer une structure depuis le départ -ce qui prend beaucoup de temps- mais qu’il fallait davantage contribuer au développement de cette association.
Que dirais-tu à quelqu'un qui souhaite s'engager mais qui ne sait pas comment s'y prendre ? : Je lui dirais tout simplement de faire, d’essayer. La première question pourrait être : “qu’est ce qui te tient à cœur comme thématique de la transition ou comme type d’action ?”. Il y a tellement d’associations -rien qu’au sein de Territoires en liens-, il y a en forcément une qui convient à nos attentes. Il ne faut pas oublier que toutes les associations sont en recherche de militant-es et de bénévoles pour poursuivre leurs actions donc les personnes qui ont envie d’agir seront toujours les bienvenu-es.